Keur Serigne Touba
Journée de prières à la mémoire de Mame Mor Diarra MBACKE le 15 Shawwâl 1432 H. soit le mercredi 14 septembre 2011 à Mbacké khéwar
Article mis en ligne le 13 septembre 2011 par BAYE FALL
Frère germain de Cheikh Ahmadou Bamba, Cheikh Mouhammadou Diarra, est une des figures du mouridisme dont le rappel de la vie renvoie à un sage, un érudit et un ascète dont l’intensité de l’adoration frappe à tout point de vue...

La vie et l’œuvre de Mame Mor Diarra MBACKE frère germain de Cheikh Ahmadou Bamba


Naissance et généalogie :


Cheikh Mouhamdou Diarra est fils de Mouhammad MBACKE, appelé Momar Anta Saly fils de Mame Balla Aïcha Mbacké fils de Mame Maharram Mbacké, fils de Habiboul Lahi , fils de Mouhamadoul Khayri fils de sahid fils de Ousmane de la famille des Mbacké. Il a vu le jour en 1848 à Mbacké Baol.

Sa mère, soxna Mariama Bousso, connue sous le nom de « Jâratul Lâh »( la voisine de DIEU) est fille de Cheikh Mouhamadou Bousso connu sous le nom de Mabousso Awa Mbaaye ,fils de Matabara Bousso fils de Hammad fils de Alioune fils de Ousmane fils de Ibrahim. Sa grand-mère maternelle e Sokhna Asta Wallo, Mbacké était connue pour sa maîtrise du saint coran. Elle s’adonnait à la formation des sciences religieuses (Législation islamique, Théologie, Politesse légale, etc.) et une profonde maîtrise de la pratique du Soufisme.
Une telle descendance ne fait que confirmer la statut des Mbacké connue comme l’une des familles les plus pieuses du Sénégal.

Sa formation religieuse et son statut d’éducateur :

Cheikh Mouhamadou Diarra Mbacké a été très tôt initié au Coran par son père l’éminent enseignant et jurisconsulte Serigne Mouhamed Mbacké Momar Anta Sally. Son père était un fin lettré, partout où il s’est installé, son activité principale a été l’enseignement. Ses résidences étaient une université ; c’est sous sa direction que Mame Mor Diarra mémorisa parfaitement la sainte vulgate, approfondit ses connaissances dans les domaines du Tajwîd, l’exégèse, et les autres branches des sciences coraniques.

Dans le domaine des sciences religieuses, il maîtrisa toutes les sciences religieuses fondamentales et instrumentales sous l’égide de son oncle Serigne Mboussobé le grand savant. Ce qui atteste de la solidité de cette formation et de son érudition c’est bien l’importance des sommités formées sous ses auspices. Parmi eux on peut citer Cheikh Massamba Mbacké, Cheikh Anta Mbacké, Serigne Afia Mbacké et Cheikh Mouhamadou Fadel Mbacké deuxième khalife Général des mourides de 1945 à 1968 entre autres.

Ses qualités :

Serigne Mouhamadou Diarra est connu par tous pour sa générosité. Une qualité qui faisait de lui un recourt de tous les démunis et pauvres. Il est rapporté qu’en toute saison quelle que soit la période, il préparait chaque nuit un repas en guise de dîner pour d’éventuels voyageurs et pour les démunis.

Il était très tendre et compatissant envers tous. Une attitude qui faisait que ceux qui le fréquentaient étaient toujours frappés par son visage toujours rayonnant, sa douceur et son calme. Ce calme légendaire qui lui permit de dominer toutes les situations malgré le contexte très tendu de l’époque avec les exactions de guerriers de l’aristocratie d’une part et les velléité de domination de l’administration coloniale d’autre part.

Ce caractère compatissant n’était cependant pas obstacle un obstacle à son courage et à son devoir de responsable dans les multiples situations qui se présentaient à lui dans le fief de Mbacké Baol où il était le premier personnage.

La noblesse de caractère est une expression qui résume sa vie et son attitude. L’intensité de son adoration de DIEU peut se lire dans ce témoignage éloquent que fit Cheikh Mouhamed Al Bachir dans son ouvrage « Minanul BAqil Qadîm « Cheikh Momar Diara, le frère germain de notre Cheikh, est de ceux qui accomplissaient de fréquentes prières nocturnes, qui récitaient le Coran, très souvent et dont le wird consistait en cent (100) génuflexions (Rakkas) ».

Aujourd’hui, la chambre où il effectuait cette centaine de rakkas est toujours là comme un témoin de tant de dévotion.

Ses relations avec Cheikhoul Khadim :


Mame Mor Diarra a toujours privilégié le statut de disciple de Cheikh Ahmadou Bamba que le droit d’aînesse. Dans ses relations entre maître et disciple, il recevait des recommandations du Cheikh qu’il s’empressait d’exécuter en parfaite conformité. Cheikhoul Khadim alors en Exil au Gabon lui adressa une correspondance pour lui donner des recommandations et lui confier des responsabilités.

Dans cette correspondance, le Cheikh lui recommande la piété et lui demande d’être uni avec ses frères dans la même cause. Il lui demandait également d’être indulgent envers eux tout en sollicitant que ces derniers lui accordent tous les égards.

A son retour d’exil en 1902, dans toutes localités où le cheikh Ahmadou Bamba séjourna, il lui rendait visite régulièrement lui donnait des hadiyas. Des fois, il lui envoyait des délégations lourdement chargés de présents.

Les agents de renseignements qui faisaient des rapports journaliers sur les activités de Cheikhoul Khadim à Thiéyène mentionnent à plusieurs reprises son nom dans le journal. Dans la rubrique renseignement sur Ahmadou Bamba on note dans les archives nationales du Sénégal :
« 7 novembre 1908 Cheikh Momar Diarra du village de Mbacké (Baol Oriental) accompagné de 10 personnes est venu voir le marabout qui est son frère cadet » (source archives du Sénégal)

Le 16 septembre 1907 il est mentionné dans la fiche de renseignement accompagné 20 cavaliers et 11 personnes transportant des présents.

Le 02 mai 1908 le journal nous apprend qu’il a envoyé un émissaire avec d’importants présents au Cheikh.

Le 04 mai 1908 on le signale venant de Niakhar avec des présents dont des chevaux. Il était également accompagné de plusieurs personnes.

Le 21 octobre 1908, il envoie sont fils Momar Sokhna MBACKE avec des présents et une somme importante d’argent.

Le 03 novembre il rend visite au Cheikh accompagné de 10 personnes venant de Mbacké Baol.

Durant la période de 1912 à 1927 coïncidant avec l’étape de la résidence surveillée du Cheikh à Diourbel qui dura 15 ans, il lui rendait visite continuellement. Le Cheikh le retenait des jours voire des mois avant de le laisser retourner à nouveau sur Mbacké. Par la fréquence des visites et la durée des séjours à Diourbel, il a été obligé d’y trouver une résidence non loin de la concession de Cheikhoul Khadim.

Cette situation dura jusqu’à son rappel à DIEU qui eut lieu une nuit du lundi 20 Shawwâl 1339 de l’hégire soit le 27 juin 1922 à Mbacké Baol à l’âge de 75 ans. Le cheikh donna recommandation de l’inhumer dans les cimetières de Mboussobé auprès de son oncle l’érudit Serigne Mboussobé.


Les villages fondés par Mame Mor Diarra :


De tous les villages fondés par Cheikh Ahmadou Diarra Mbacké, Mbacké Khéwar est le plus important mais aussi le plus ancien car remonte à 1891. Serigne Mor Diarra s’y serait installé sur suggestion de son oncle l’érudit Serigne Mouhamadou Bousso plus connu sous le nom de Serigne Mboussobé. Il s’installa sous un arbre nommé « Khéwar » en wolof d’où l’appellation de Mbacké Khéwar nom qui le différencie des autres villages portant le même nom. Aujourd’hui devant sa grande résidence, se dresse une grande mosquée. Le village qui est maintenant partie intégrante de la ville de Mbacké Baol est l’un des quartiers les plus animés de la ville.

Après ce village, il compte à son actif plusieurs autres villages fondés uniquement dans l’objectif d’enseigner et d’assurer la formation spirituelle des disciples qui étaient sous sa tutelle. Alliant l’adoration de DIEU au travail, ces villages furent aussi de très grandes exploitations agricoles. Parmi eux nous pouvons citer :

Sam village qu’il affectionnait beaucoup au point d’être appelle « Boroom sam » c’est à dire le fondateur de Sam
Ndock à l’Est de MBacké
Missirah sur la route de Daroul Mouhty au nord de Touba
Deyali
Bound boki

Le Khalife de Mame Mor Diarra :


De son rappel à DIEU en 1922 jusqu’à nos jours, son héritage est perpétué par ses illustres fils et petits fils qui ont eu à se succéder à son khalifat assurant le rassemblement de la famille et des disciples autour des recommandations de DIEU. Depuis le rappel à DIEU de Serigne Bassirou Sham Mbacké survenu le 1er septembre 2009, le khalifat de Mame Mor Diarra est assuré par son petit fils Serigne Abdou Lahi MBACKE qui est le patriarche de Mbacké Khéwar.

Rappel :
- L’édition 2009 a été célébrée le 5 octobre.
.----

La rédaction de www.htcom.sn

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


calendrier hégirien

Le premier jour du mois lunaire de Muharram 1439H. correspond au Vendredi 22 Septembre 2017

NB : Muharram est le premier mois du calendrier heigrien qui marque le début du nouvel an musulman 1438.

Calendrier

octobre 2017
lunmarmerjeuvensamdim
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Évènements à venir
Pas d'évènements à venir


Les derniers articles

La Signification du Grand Magal de Touba 18 Safar
Le Prophète Mouhammad (Paix Salut sur Lui) pour le service et le sacrifice de qui, cette date qu’il faut ancrer, 1313 (...) (vu 1159 fois)

La Grande Mosquée de Touba le plus important édifice de la ville Sainte de Touba
L’édification de la Grande Mosquée de Touba fut décidé par le Cheikh Ahmadou Bamba en 1926. Le fils et premier Khalife (...) (vu 1293 fois)

Présentation de la Grande Mosquée de TOUBA
La fonction spirituelle et le rôle de ville pèlerinage de la CITE BÉNITE DE TOUBA, sont déterminés par l’emplacement (...) (vu 3139 fois)


MEME RUBRIQUE

CRD du Grand Magal de Touba : Le Comité d’Organisation et l’Etat prennent les (...)
Suite aux « ndigeul » du Khalife Général des Mourides, Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké, le Comité d’Organisation et (...) (vu 183 fois)

Déclaration de Serigne Bass Abdou Khadre Président du Comité d’Organisation du Grand Magal de (...)
Serigne Bass Abdou Khadre Mbacké Président du Comité d’Organisation du Grand Magal de Touba a fait face à la presse ce (...) (vu 157 fois)

L’importance du Savoir dans la vie au quotidien des musulmans
Julli Ajuma Touba Alieu du 13 Octobre 2017 L’importance du Savoir dans la vie au quotidien des (...) (vu 214 fois)

Approvisionnement en eau pour le Magal de Touba, l’Etat se mouille à hauteur de 574 millions de (...)
Le directeur général de l’Office des forages ruraux (OFOR), Seyni Ndao, a déclaré, mercredi à Touba, que l’Etat a prévu (...) (vu 14 fois)

S. Ahmadou Rifahi Mbacké | La Zakât post hivernale... | Julli Ajuma Touba Alieu du 06 10 (...)
S. Ahmadou Rifahi Mbacké | La Zakât post hivernale... | Julli Ajuma Touba Alieu du 06 10 2017 (vu 153 fois)


Les Grands Disciples

CHEIKH IBRAHIMA FATY MBACKE (1863 - 1943)
La vie exemplaire de Cheikh Ibrahima Faty Mame Thierno Birahim MBACKE, de Serigne Mouhamed Bachir MBACKE ibn Cheikh (...) (vu 3887 fois)

Serigne Mouhamadou Gaye Diamoye, un des fidèles compagnons de Cheikh Ahmadou (...)
Cheikh Mouhamadou Gaye Diamoye, le véridique Serigne Mouhamadou Gaye Diamoye est une personnalité énigmatique de la (...) (vu 190 fois)

SERIGNE DAME ABDOURAHMANE LO : le Grand Maître
Serigne Cheikh Abdourahmane LO, un des fidèles copagnons de Cheikh Ahmadou Bamba, faisait partie de cette génération (...) (vu 1840 fois)

la vie et l’œuvre de Serigne Moussa Ka
Serigne Moussa Ka, fils de Serigne Ousmane et de Sokhna Absatou Seck est né a Ndilki près de Mbacké Baol vers 1890. Il (...) (vu 3506 fois)

CHEIKH ISSA DIENE
Diambar dji comme le surnommait SERIGNE TOUBA est né vers 1865 à Tagar dans le Cayor.Son père Serigne Ibrahima DIENE (...) (vu 444 fois)


Mourides.com © 2009-2017 Plan du site Contact Agenda Android Apps Blog Syndiquer tout le site RSS 2.0