Keur Serigne Touba
1300.h (1882) - 1301.h (1883)
Article mis en ligne le 7 novembre 2010 par MOURIDE

Dès le début de 1300.h (1882) le Cheikh révéla son ambition : la providence lui offrit le contexte exceptionnel de prouver la foi exclusive qu’il témoignait a DIEU et d’obtenir une promotion publique au rang de vertueux.

Il déclina l’offre du notable chargé alors de l’oraison funèbre de son père Serigne MBacké Mor Anta Sally et lui rétorqua après les civilités d’usage : "Quant au Damel (Roi), je regrette vivement, il n’est pas de mes usages de fréquenter les souverains ; je ne suis pas tenté par leurs biens, encore moins par leur prestige. Je ne cherche des honneurs qu’auprès du SOUVERAIN SUPRÊME."

Et, séance tenante, il fit couler redoutablement son encre contre cette tentative de corruption manifeste :

Ils m’ont dit "penche vers les portes des sultans et tu seras comblé infiniment."

J’ai répondu : je me suffis à DIEU et ne trouve satisfaction qu’en LUI et jamais je ne donne mon agrément en dehors de la Religion et de la Science"

Je n’ai de crainte ou d’espoir qu’en mon ROI, IL me protège et m’enrichit.

Comment disposerais-je d’ailleurs ma destinée entre les mains de ceux qui, de leur sort, sont aussi indigents que les pauvres ?

Et comment donc la satisfaction des besoins me pousserait-elle à fréquenter les parterres de Satan ?

Si je suis dans l’affliction ou dans la nécessité, j’invoque le MAITRE du TRÔNE ; IL est l’ASSISTANT, l’OMNIPOTENT ; DIEU commande à Sa guise à qui relève de Sa VOLONTE.

S’IL veut hâter une chose, celle-ci se réalise rapidement ; S’IL veut l’ajourner, cette dernière s’attarde momentanément.

O toi qui me blâmes ! n’abuse pas outre mesure ; cesses de me blâmer ! car mon renoncement au Bas-Monde ne m’afflige guère.

Donc , Si mon seul défaut est mon rejet des biens des roitelets, c’est là un précieux défaut qui ne me déshonore pas.

CHEIKH AHMAD0U BAMBA lança ainsi un défi foudroyant aux sultans et aux dignitaires religieux et s’adonna davantage à DIEU. Le Cheikh ne se sentait plus orphelin, car DIEU LUI-MEME déclare

Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de moi par des actions dévotes, jusqu’a ce que je l’aime ;et quand je l’aime je devient les oreilles par lesquelles il entend, l’œil par lequel il voit, la bouche par laquelle il parle et les pieds par lesquels il marche. Il dit également :

"Quiconque se rapproche de Moi de l’espace d’un empan je m’approche de lui de l’espace d’une aune "

Et dans cette profonde aspiration à DIEU, en qui il avait sans conteste une soif ardente qui limitait ses activités d’enseignant, il déclara

"DIEU m’a révélé Sa Face sans m’égarer, agréant ainsi ma vie."

Il devint ainsi un esclave de DIEU agrée. La grandeur de DIEU fut telle qu’en la découvrant, il sentit aussitôt la nécessite d’honorer le Pacte Primordial de soumission qu’Il (le Cheikh) avait engagé avec LUI (DIEU) depuis la Pré-éternité (Azal).

Face à cette ambition, DIEU lui indiqua le Prophète MOUHAMMAD à qui IL a disposé la Sagesse du Pacte Primordial. Alors le Cheikh déclara :

"DIEU m’a indiqué le Prophète MOUHAMMAD"

Et, solennellement, il rendit un hommage :

"Accorde ta prière et ton salut à celui qui a répondu le premier par "oui sans doute !" le jour de l’interrogation "Ne suis je pas..."

(Yawma Alastu) avant la prononciation des autres."

DIEU procéda ainsi parce que notre Seigneur MOUHAMMAD est le Maître de toutes les Voies menant à DIEU. Il est aussi celui qui proposa aux croyants la Voie du Pacte d’Allégeance, et dont la réhabilitation nécessitait un candidat qu’Il cherchait en vain jusqu’au début du 14ème centenaire.

En 1301 .H (1883), le Prophète lui apparut, venant de la Part de son SEIGNEUR, le Cheikh se confia entièrement à Lui, Lui prêta serment d’allégeance pour impétrer l’Agrément de DIEU.

Le Prophète devint son Maître Spirituel et il abandonna toutes les voies spirituelles qu’il avait adoptées, les reniant même, il avait rencontré le Maître des Voies qui lui ordonna de ne plus dispenser un enseignement théorique, mais plutôt une éducation spirituelle.

Aussitôt après cette rencontre, le Cheikh s’adressa à ses disciples en ces termes

"Ceux d’entre vous qui étaient venus ici dans ledessein d’acquérir la science religieuse sont priés désormais d’aller chercher un autre maître ; par contre, ceux parmi vous qui ont la même ambition que moi peuvent rester avec moi, mais seront tenus d’observer scrupuleusement ce que je leur ordonnerai de faire."

Cette déclaration fut étrange pour certains, ils l’accueillirent comme un coup de foudre ; pour eux, une pareille attitude confirma la calomnie de certains dignitaires qui le qualifièrent de par son zèle de dèsiquilibrè et se retirèrent purement et simplement.

Cependant, un petit nombre d’entre eux reçut cette déclaration comme une aubaine . Ce fut pour eux l’occasion de prouver qu’ils étaient à la recherche d’un Homme comme lui.

CHEIKH AHMADOU BAMBA proclama : " Je n’ ai Point fondé une confrérie (Tarîqa), j’ai plutôt trouvé la Voie qu’avaient suivie le Prophète et ses compagnons entièrement flétrie, je l ’ai défrichée le plus proprement, rénovée dans toute son originalité et j’ai lancé l’appel suivant :

tout pèlerin qui désire partir peut venir ; voici la voie réhabilitée." Cette Voie est celle du Pacte d’Allégeance."

Par conséquent, le groupuscule qui resta était lié à lui par un serment d’allégeance CHEIKH AHMADOU BAMBA était alors leur Maître spirituel.

La vie du Cheikh et de ses partisans prit un tournant décisif. Cette phase dans laquelle la tournure se produisit est celle de la révélation, écoutons le Cheikh pour plus de précisions

Il est parmi les prodiges du fils d’Abdallâh - Puisse DIEU lui accorder Paix et Salut,

(DIEU) le SUBSISTANT Qui éclaire l’humanité par l’intermédiaire des Saints jusqu’à la fin des temps, chacun (d’eux) étant garant.

de la Coutume Sacrée (Sunna) de l’Elu, la préservant des innovations blâmables (Bidca) d’avoir inspiré à son serviteur "Proclame ce qu’on te demande d’annoncer" (Façdac)

De lui avoir ordonné sur lui sur sa famille et sur ceux qui l’ont suivi la plus pure prière de DIEU

D’instruire ses aspirants et quiconque accepte ses conseils parmi les gens de l’époque et il l ’a fait accéder à la proximité de DIEU après l’avoir dépouillé des tares et honoré de parure.

(in l’illimunation des cœurs "Munawwiru çudûr" vers 203 208)

Toujours en 1301.h (1883) à MBacké Kajoor, avant de partir pour MBacké Baol, le Cheikh fit la déclaration suivante :

l’OMNISCIENT m’a abreuvé des sciences et de leur charisme, certes IL est l’OMNISCIENT

Je détiens une science autre que livresque alors ne ménage point ton ardeur dans le service que tu me rends.

Par considération pour l’Elu (Al Muçtafâ) - sur Lui la Paix et le Salut de DIEU - le GENEREUX m’a accordé le charisme du Coran et des Sciences Religieuses.

DIEU a mis dans mes Ecrits les secrets de la formule :

"Il n’y a point de divinité si ce n’est DIEU"

L m’a accordé des faveurs irréversibles et, grâce à LUI, je suis devenu un rempart et un asile ; c’est là la faveur que DIEU accorde à qui IL veut, LUI Qui m’a donné l’ordre de proclamer "Venez chercher refuge auprès de moi".

Ce qui veut dire :

DIEU m’a donné l’ordre de proclamer que je suis un asile et un recours, quiconque veut le bonheur ICI-BAS et dans l’AU-DELA doit chercher refuge auprès de moi.

Désormais, CHEIKH AHMADOU BAMBA était sous la tutelle spirituelle légale de notre Seigneur MOUHAMMAD l’Envoyé de DIEU (Rasûla-l-lâh) - Paix et Salut sur Lui, son Maître à qui il vouait une dévotion exemplaire, un amour profond. Il le dit lui-même.

"la Raison de mon service rendu au Prophète est l’amour intime que j’ai de l’essence de son être."

Avant la fin de l’année 1301.h (1883), il avait une influence considérable, les souverains locaux, les dignitaires religieux parlaient de lui, les disciples affluaient de toutes parts et lui témoignaient les égards au-dessus de ce qu’ont voulu lui faire prétendre auprès des rois. Il entreprit alors d’émigrer à MBacké Baol.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


calendrier hégirien

Le premier jour du mois lunaire de Muharram 1439H. correspond au Vendredi 22 Septembre 2017

NB : Muharram est le premier mois du calendrier heigrien qui marque le début du nouvel an musulman 1438.

Calendrier

octobre 2017
lunmarmerjeuvensamdim
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Évènements à venir
Pas d'évènements à venir


Les derniers articles

La Signification du Grand Magal de Touba 18 Safar
Le Prophète Mouhammad (Paix Salut sur Lui) pour le service et le sacrifice de qui, cette date qu’il faut ancrer, 1313 (...) (vu 1230 fois)

La Grande Mosquée de Touba le plus important édifice de la ville Sainte de Touba
L’édification de la Grande Mosquée de Touba fut décidé par le Cheikh Ahmadou Bamba en 1926. Le fils et premier Khalife (...) (vu 1300 fois)

Présentation de la Grande Mosquée de TOUBA
La fonction spirituelle et le rôle de ville pèlerinage de la CITE BÉNITE DE TOUBA, sont déterminés par l’emplacement (...) (vu 3141 fois)


MEME RUBRIQUE

De la Réhabilitation du Pacte d’Allégeance au Rang de Serviteur Privilégié
Conformément à la démarche que nous avons empruntée, la séquence présente des thèmes qui matérialisent la déclaration (...) (vu 351 fois)

Le pacte d’allégeance 1300-1301.H / (1882-1883)
C’est un parcours qui fut un marathon de 12 ans - allant du mois de Muharram 1300.h au mois de Ramadan 1312.h -. (...) (vu 313 fois)

MBACKE BAOL 1301-1304H. (1806-1887)
La même aspiration exceptionnelle qu’il avait en DIEU fut convertie dans le service de son Maître Spirituel MOUHAMMAD (...) (vu 239 fois)

DAROU SALAM 1304-1305H. (1886-1887)
C’est à Dârou SaIâm où le SEIGNEUR qui efface les épreuves de ceux qui sont constants dans Sa Cause lui indiqua une Terre (...) (vu 231 fois)

FIN 1305H. (1886) DEBUT 1306H. (1888)1312H. (1895) TOUBA
Le TRES-HAUT et servir le Prophète, en dispensant une éducation spirituelle aux Mourides : ceux-là qui sont préoccupés (...) (vu 201 fois)


Les Grands Disciples

Serigne Mouhamadou Gaye Diamoye, un des fidèles compagnons de Cheikh Ahmadou (...)
Cheikh Mouhamadou Gaye Diamoye, le véridique Serigne Mouhamadou Gaye Diamoye est une personnalité énigmatique de la (...) (vu 191 fois)

Mame Cheikh Anta MBACKE : qui était cette grande figure emblématique de la Mouridiya (...)
Mame Cheikh Anta MBACKE est l’un de ceux dont la détermination inflexible dans le service de Cheikhoul Khadim a (...) (vu 3506 fois)

CHEIKH ISSA DIENE
Diambar dji comme le surnommait SERIGNE TOUBA est né vers 1865 à Tagar dans le Cayor.Son père Serigne Ibrahima DIENE (...) (vu 445 fois)

SERIGNE DAME ABDOURAHMANE LO : le Grand Maître
Serigne Cheikh Abdourahmane LO, un des fidèles copagnons de Cheikh Ahmadou Bamba, faisait partie de cette génération (...) (vu 1842 fois)

la vie et l’œuvre de Serigne Moussa Ka
Serigne Moussa Ka, fils de Serigne Ousmane et de Sokhna Absatou Seck est né a Ndilki près de Mbacké Baol vers 1890. Il (...) (vu 3508 fois)


Mourides.com © 2009-2017 Plan du site Contact Agenda Android Apps Blog Syndiquer tout le site RSS 2.0